l’été approche et le retour de mes chers jeunes gens…. Je ne peux plus dire enfants…. le plus vieux a 20 ans, la plus jeune 16…je continue donc les démarches… à mon départ tout a l’air « Ok »….

Je rends visite à toutes mes connaissances dans chaque orphelinat… Djehoun, Nazrine, Lena et Natava sentent particulièrement mauvais à Bilqay…. On ne prend pas la douche souvent…. Pas vu la Directrice…mais j’ai pu les emmener au restaurant tout en cherchant où je pourrais les faire se laver….
Pas vu Gulnara, la jeune femme enceinte…. D’après ce que l’on me dit tout va bien…. J’ai assisté au cours de danse folklorique que donnent Aynour et Seyrane à Umud Yéri (je leur donne de l’argent de poche en échange) et j’admire leurs talents de professeur, les enfants de ce centre d’enfants des rues progressent , ils se donnent même en spectacle !

Retour à Bakou pour trois jours début juin..…. les visas bien entendu…. Cela fait ? combien de temps que dans les jeux des sept familles on cherche le père de celui-ci ou de celle-là ? Pour l’instant, c’est le père d’Arzou… (une jeune fille de 17 ans), elle était inscrite sur le passeport de l’accompagnatrice depuis son premier voyage (2001) mais manque de chance le passeport arrive en fin de validité…. L’administration azérie refuse de faire le transfert. Visite à plusieurs administrations autour de Bakou… renvoyée de l’une à l’autre… on tourne en rond !
Et je ne parle pas de l’accueil.
Et c’est la série de coups de fil en Ouzbékistan (le fameux papa est en Ouzbékistan)…. Injoignable….(il a bien fait des papiers il y a deux ans pour son garçon mais pour sa fille ?…), tout le monde s’en mêle… les amis français, hollandais, l’ambassade d’Ouzbékistan, une dame azerbadjanaise etc…
Nous avons réservé les billets d’avion, assurance, depuis fin mai et Arzou est une fille qui a du talent en danse mais aussi qui se bat pour avoir le fameux diplôme « rouge » (le plus haut que l’on puisse avoir en Azerbaïdjan) à la fin de ses études, elle parle couramment français et pour elle, rester à Bakou, ne pas être avec le groupe, serait une punition voire une catastrophe…..
Mais que fait ce papa ?…. Nous sommes le 18 juin… les enfants arrivent normalement le 23 juin et miracle :
Un fax d’Ouzbékistan avec un mot du Monsieur permettant à sa fille d’être sur le passeport de Natella, l’accompagnatrice…. Notre correspondante à Bakou (très dévouée) file à l’Ambassade d’Ouzbékistan pour authentification de la signature, file au Service azéri des visas… obtient le tout en une journée….. (Cela fait si longtemps que nous sommes connus dans ce Service là…) puis au Consulat de France et le vendredi soir nous avons tous les visas ! (je ne vous parlerai pas des soucis rencontrés auprès de certaines administrations azéries…. après tout le problème est mondial ? non ?)

Le 23 juin 2007, je suis à l’aéroport !… très émue ! tout le monde est là… les huit jeunes danseurs et les deux autres enfants : Nazrine et Djehoun.
Le séjour commence par les répétitions pour la troupe de danse…. c’est très beau … Merci -Marina -notre chorégraphe pour la partie moderne du ballet.
Ensuite c’est celui avec les danseurs du Centre National de Danse à Pantin qui font leur stage pour devenir professeurs.…. Instants toujours aussi riches de rencontres avec le monde entier, les musiciens, la magie de la danse…. Les enfants (enfin les jeunes) sont ravis. Pour la clôture du stage, ils présentent leurs danses folkloriques dans le beau théâtre du CND, succès comme toujours !

AVRIL, JUIN 2007
Nous sommes invités par l’Ambassade d’ Azerbaïdjan en France a la présentation de la nouvelle monnaie azérie à l’hôtel des monnaies de Paris (c’est la 211 ème monnaie qui rentre dans ce musée). Nous sommes magnifiquement reçus.
Je dois là aussi remercier en mon nom et celui des enfants, cette Ambassade , Monsieur l’Ambassadeur et tout son personnel qui nous réconfortent , nous aident dans nos démarches.Un grand merci- sans oublier Saïd qui lui aussi connaît notre histoire et participe à la résolution de tous nos problèmes.
Pour se détendre après la danse , il y a piscine et les promenades dans Paris… et les soldes dans les magasins !… Pas facile de se promener dans la Défense sans se perdre mais tout le monde connaît le chemin de la maison.
Le Samedi 30 juin,nous sommes invités à Château-Thierry pour assister,dans le parc du château médiéval, à un ballet de danse contemporaine avec des danseurs accompagnés d’oiseaux, c’est beau…
Le week-end suivant, des danseuses du Centre National de danse et des italiennes venues faire elles aussi un stage , participent à un cours de danse folklorique azérie, mes « jeunes » sont les professeurs. Comme toujours tout est réussi. Ils enseignent vraiment bien.
Ensuite, nous sommes invités à Dinan pour quatre jours, nous prenons le train d’abord pour St Malo où nous visitons la vieille ville et ses remparts puis partons sur Dinan… Elle aussi si belle, les enfants dansent leur folklore sur la pelouse du Bar Glacier « les rossignoles » dans le port de Dinan- joli endroit au bord de la Rance – devant de nombreux touristes et gens du coin ? succès bien entendu !
Et puis c’est le retour sur Paris….. les sanglots de Nazrine….on la comprend…ça fait mal.. que faire ? et je me remets en question….
Aux dernières nouvelles, elle est en compagnie d’une de « mes filles », Gulshane à la montagne….Elle ne regagnera Bilqay qu’à la rentrée….
Quant à Djehoun, il va vraiment bien, toujours heureux ce gamin (les autres garçons font très souvent la tête et sont particulièrement matchos, l’adolescence et la culture… j’ai du mal à m’y faire….). A la rentrée, Arzou ira à Bilqay leur donner des cours de français, ça me permettra d’avoir de leurs nouvelles…. et à Arzou de se faire un peu d’argent de poche.

Nous sommes fin juillet… et au moment où je vous raconte tout cela, je pense à la rentrée le 15 septembre, aux problèmes que je vais rencontrer… où dormiront mes huit danseurs ? où mangeront-ils ?. … reprenez les premiers paragraphes de 2001 et vous aurez les mêmes ??

De plus, il faut de plus en plus se préoccuper de leur avenir, certains en 2009 n’iront plus à l’école nationale de danse à Bakou… Je dois trouver un appartement (surtout pour les filles, elles sont plus en danger que les garçons)…
Je les pousse dans la création de leur troupe mais vont-ils suivre ?… Je voudrais qu’ils se prennent en charge….Ils sont capables malgré leur jeune âge de la faire cette troupe…ils ont tout entre les mains mais ??