VISITES HABITUELLES : MARDAKAN N°3

Entièrement retapé, du beau travail , avec fontaine, jets d’eau, piscine, mare
aux canards, moutons, coqs, poules (dont on prendra les œufs frais pour les
enfants…). Je suis toujours aussi étonnée qu’après tant d’années, il y ait autant
d’enfants handicapés.

Ceux que je connaissais sont petit à petit mis dans des orphelinats pour adultes
parfois dans des internats éloignés de Bakou. J’apporte toujours les pommes,
les gâteaux, les chocolats… mais que cet endroit est triste… On a envie de
prendre ces enfants dans les bras , de les faire dessiner comme je faisais avant
lorsque j’habitais Bakou mais il faut que je rentre à Paris pour peindre et
essayer de vendre mes toiles pour eux et pour les autres…

BOUZOVENA :

C’est dans cet internat que je retrouve des adolescents qui étaient avant à
Mardakan et que j’ai connus lorsqu’ils avaient 6, 8, 10 ans etc… comment
occupent-ils leur journée ?…. impossible de savoir . Il y a toujours une
surveillante ou la Directrice avec eux et ils ne parlent pas. J’ai essayé de
savoir où se trouvait le frère de l’un d’eux… tout est flou. Habiba (une
vingtaine d’années) se trouve à Shamareu (à deux heures de Bakou). Je crois
toujours qu’il est important que quelqu’un de l’extérieur vienne leur rendre
visite..Lorsque j’ai des vêtements de leur taille , je leur apporte. Cette fois-
ci je n’avais rien et acheter des vêtements neufs ne sert à rien… car ils ne les
portent jamais. C’est la même chose dans tous les internats.

BILQAY N° 11

J’ai fait faire les cartes d’identité azéries obligatoires pour les enfants de plus
de 16 ans et j’ai donc renoué avec l’Administration azerbaidjanaise dans la
banlieue de Bakou. Je dois dire qu’au départ l’accueil est un peu froid mais dès
que l’on sait que je suis française et que je m’occupe de Jehoun (hydrocéphale)
depuis 7 ans et de Nazrine (prothèse œil droit) , tout s’arrange et l’on essaie de
me rendre service le plus vite possible. Merci à eux.

Lorsque je reviens en janvier 2011, nous ferons les passeports. Quant à Lena
et Natava, on a essayé de les marier lors d’une émission de télé – réalité : elles
sont toujours là , cela n’a pas marché. Sacha et Julia étaient en cours. Nazrine
m’a montré l’endroit où elle suit des cours de couture.

ARMEDLI N° 3

Vu la Sous-Directrice, pas d’enfants… tous à l’école ?

L’ECOLE DE DANSE ET DE CHOREGRAPHIE

Où il ne reste que Gulshan, elle travaille bien et beaucoup tout en prenant des
cours privés pour rentrer en faculté de langues à Bakou l’année prochaine. Les
autres ?

Donia Mali en Turquie , pas de nouvelles,

Nurlan va faire son service militaire.

Seyran est à Moscou , qu’y fait-il ?

Araz est en faculté de langues à Bakou

Fatma est serveuse au Mac Do de Bakou …

Aynour est professeur de danse en Turquie. Elle est la seule qui sort des 11 ans
de l’école de danse en y poursuivant cette voie….

Et je n’arrive pas à retrouver d’autres comme Nargiz, Rouslan, Bela… mais j’ai
retrouvé Azad, Turan et Fizouli que j’avais rencontrés à Umud Yeri ( orphelinat
pour enfants des rues).

GULNARA, visite à son domicile et à ses deux petites filles, elle qui était, toute
petite à Mardakan, s’en sort bien… Heureusement qu’elle a pu quitter cet
endroit là!