L’objectif : obtenir un passeport pour Jehun

BIlGAY N° 11

L’accueil fut particulièrement désagréable, l’ouverture du portail s’étant pourtant faite plus vite que d’habitude…. MAIS Madame La Directrice refusa de faire sortir Jehun et Nazrine comme d’ordinaire. La raison ? sécurité ? les fois précédentes, Jehun (par exemple) était accompagné d’un surveillant.
Il eut même eu droit à une remontée très vite au premier étage là où je l’avais trouvé, installé derrière un petit pupitre sans rien devant lui , mal fagoté.
Quant à Nazrine, heureuse de me voir puis malheureuse de ne pas pouvoir sortir avec moi jusqu’à la boutique voisine pour lui acheter quelques dessous et autres vêtements.
Ils ont tous deux 19 ans, je voulais faire le passeport de Jehun pour sa venue en France , cet été. (rappel, la dernière fois, il manquait son livret militaire –alors qu’il est hydrocéphale- pour établir ledit passeport).
En résumé : passeport de Jehun :
• Il avait moins de 18 ans : impossible de lui faire faire un passeport car il a un père sur le certificat de naissance et la Directrice de l’Internat ne pouvait pas s’engager pour ledit père – QUE L’ON A JAMAIS VU ….
• Il avait 19 ans : je traîne dans les couloirs du Ministère qui délivrent les passeports, je passe tous les différents bureaux, on me dit que c’est OK (ce qui fait une matinée à errer d’un bureau à l’autre) pour me dire en dernier ressort qu’il faut le livret militaire .
• Et cette fois-ci : impossible de le sortir de l’internat.
Il faut garder le moral.
Certes, il est handicapé mais ce n’est pas une raison pour l’enfermer à vie dans différents internats comme c’est le cas pour d’autres qui ne sont pas forcément handicapés mentaux. Je suis triste et furieuse.

Vais-je pouvoir faire sortir Nazrine qui elle, a son passeport ?

Que faire ? Ecrire au Ministre de l’éducation nationale qui supervise cet internat . A suivre.
J’ai quand-même revu Natava, une grande fille qui n’y était pas la dernière fois et pour laquelle je m’inquiètais. Quant à Lena, elle serait à Gandja (loin de Bakou) mais où ?

MARDAKAN N° 3

De belles voitures sont garées devant l’internat…. Avec des messieurs en costume… Tiens ? une visite importante ?
On attend un Ministre.
Je vais donc porter les vêtements que m’ont donnés des amies de Marina et autres dames (merci à toutes), puis distribue des chocolats sur l’aile gauche de l’internat. Je retrouve certains grands garçons que j’ai connus il y a 15 ans qui me reconnaissent, nous sommes très contents de nous revoir. Je veux ensuite passer sur l’aile droite chez les filles MAIS le Ministre est là avec les journalistes et la télé…. la Directrice me fait signe de ne plus avancer et même de sortir rapidement….JE DERANGE.
SERAY :
Comme je suis toujours à la recherche des grands garçons et filles de Mardakan qui sont éparpillés dans toute l’Azerbaidjan et que l’on ne me dit jamais où ils sont, j’ai entrepris de faire tous les internats pour handicapés et autres les uns après les autres ! je me suis rendue à Seray ( une vingtaine de kms de Bakou), là , j’ai donc fait la visite d’une partie de l’internat qui est sympa, propre ( ?) , les surveillantes agréables, on accepte les handicapés jusqu’à une trentaine d’années. La prochaine fois j’apporterai des vêtements et passerai plus de temps avec ceux plus jeunes en apportant papier à dessin et feutres. L’accueil fut très émouvant….
Pas d’enfants de Mardakan transférés ici, on me dit qu’ils sont à Shamareu (120 kms de Bakou) j’irai la prochaine fois.

BOUZOVNA :

Pas pu m’y rendre, la neige s’est mise à tomber et je n’aime pas trop être sur la route dans ces conditions…
AUTRES NOUVELLES :
Les filles
Gulnara apprend le français au Centre Culturel non sans difficultés, elle n’a pas été beaucoup à l’école et a du mal à se concentrer ; de plus certains mots sont écrits en anglais sur son cahier ?? que fait le professeur ? Gulnara ne parle qu’azerbaidjanais.
Gulshan est enceinte et doit accoucher à la fin du mois. Un peu inquiète pour elle car il faut payer d’avance l’accouchement et de plus si cela ne se passe bien il faut encore de l’argent ce qu’elle n’a pas. Bien sûr, je l’aiderai.
Fatma est enceinte de trois mois et se trouve à la campagne. Elle viendra accoucher à Bakou.

Les garçons :

Nourlan termine son Service militaire au mois d’avril, comme ancien danseur je me demande bien en quoi il va se reconvertir ?

Seyran est professeur de danse (il avait trouvé une place de taxi..) Son vrai « job » (il était à l’école de danse avec Gulshan , Nourlane, Fatma)

Vu Raouf et Tourane… pas très heureux , de toutes façons tous ceux qui sont restés à Umud Yeri (internat pour enfants des rues) n’ont pas pu poursuivre leurs études correctement ; ils sont donc laveurs de voitures ou sans travail et ne survivent je ne sais de quelle façon . Dommage que Tourane n’ait pas voulu rester à l’école de danse. Quant à Raouf, sa mère était venue le rechercher pour qu’il travaille afin de rapporter un peu d’argent à la maison….

CONCLUSION : ECHEC TOTAL POUR LE PASSEPORT DE JEHUN 
Suite….