COMPTE RENDU VOYAGE A BAKOU SEPTEMBRE 2018

par | Oct 30, 2018 | 2018

Et comme toujours , dans mes deux valises …  des vêtements généreusement donnés par mes amies…. Grand Merci !

A l’arrivée de l’avion (env. 20 h), le mardi , Gulshan et son mari (ma traductrice et mon chauffeur !) m’accueillaient. Direction toujours le même hôtel.

Dès le lendemain, Gulshan et moi filons à Bouzovna, Internat pour adultes  handicapés, accueil très chaleureux du nouveau Directeur ; les enfants n’y sont toujours pas… l’immeuble est encore en travaux…

Djehoun était encore à Shamareu… en attendant la fin des travaux.    Le Directeur nous a promis que tout le monde serait rentré en octobre…  et nous a donné le numéro de téléphone de l’internat où il se trouve.   Nous avons pu le joindre, il va bien et attend son retour sur Bakou.

J’espère que lors de mon prochain voyage je pourrai non seulement revoir Djehoun mais aussi Sacha, Julia, Lena et leur frère Slavitch .  J’aimerais toujours pouvoir les faire sortir de cet internat pour adultes handicapés sauf hélas pour Djehoun qui ne peut pas vivre seul et je n’ai pas de solution pour lui.

Le lendemain Mardakan n° 3 :

centaine de gâteaux, pommes  à distribuer et vêtements.. Mais cette fois, impossible de faire notre tour habituel dans les salles… raison ?      Tout est resté dans la cuisine et l’on nous confirme que l’on donnera bien tout aux enfants…

Comme Gulshan et moi insistons, après quelques minutes nous pouvons visiter trois salles. Une salle où il y a de la musique, une dizaine de gamins semble l’écouter ?

Une autre salle où Tanara , une jeune fille que j’ai connue toute petite fait du canevas et du tricot.  Elle doit avoir une vingtaine d’années mais elle n’a pas encore été déplacée  à Bouzovna.  Dans une salle juste à côté , une dizaine de gamins assis sur des bancs ou parterre nous accueillent joyeusement en demandant comme toujours de les prendre dans nos bras et de leur témoigner de la tendresse.  Ce sera tout pour Mardakan cette fois-ci.

Bilqay : internat d’où sont sortis Djehoun, Nazrine, Sacha, Lena, Julia,  etc…    nous rendons visite à la Directrice très sympa qui a donné son acccord pour « libérer » Nazrine.

Nazrine, rappel : est mariée et  a une petite fille qui aura 1 an au mois d’octobre !

Le mercredi, jour des courses avec « mes filles » Fatma et Gulshan pour habiller leurs enfants et la fille de Nazrine (lorsque dans tout ce que j’apporte il n’y a pas la taille et le vêtement souhaité ! ) Remarque : nous trouvons les mêmes marques et au même prix qu’à Paris sauf qu’il y a beaucoup moins de monde dans les boutiques.

Le jeudi, j’ai rendez-vous avec le Consul de l’Ambassade de France et le proviseur du Lycée Français.

Accueil très sympa de ces Messieurs,   je dois trouver un emploi pour Seyran (ancien danseur de l’école de danse), il a un groupe de danseurs mais il a beaucoup de difficulté à trouver une salle pour l’entraînement mais aussi pour les spectacles…

Le proviseur du Lycée Français nous fait savoir qu’il y a bien des professeurs de danse en poste dans le Lycée mais que la rentrée était contrairement à Bakou le 1er septembre (Bakou le 15) et qu’il est donc trop tard pour cette année. Il garde le numéro de téléphone de Seyran au cas où  son lycée aurait besoin de faire un spectacle.  Il nous donne aussi une adresse mail d’une professeure  qui a des liens avec l’Opéra de Bakou … à suivre.

De même le Consul de France nous écoute et donne rendez-vous à Seyran et Gulshan pour la semaine suivante. Gulshan fait de très jolis sacs en crochet , il en prend note , de même pour  Seyran qui peut donner des spectacles mais en attendant  ce dernier est prêt pour tous les boulots, même chauffeur.

Ayline , leur petite fille qui a 6 ans , est à l’école de danse  et de chorégraphie  de Bakou depuis le 15 septembre , 20  ans après sa maman – Gulshan – (voir les premiers comptes-rendus ) A l’école de danse :   on apprend le français dès 6 ans.   Gulshan le parle très bien.

Le vendredi soir, je fais toujours une petite réunion de tous « mes » enfants, à la Pizza Hut .  C’est un grand plaisir de les voir tous réunis comme lorsqu’ils étaient petits, eux aussi sont heureux de se retrouver et maintenant pour ceux qui ont des enfants,  que leurs enfants se rencontrent et jouent ensemble ! et moi je suis la « grand-mère »… (j’ai 8 « petits enfants)

 

 

Je n’ai toujours pas de nouvelles de certains anciens del’internat de Mardakan :   Natava ?, Zardisha… ? peut-être que le Directeur de Bouzovena pourra me donner quelques noms de personnes à contacter au Ministère concerné ?   à voir la prochaine fois.

Le samedi ? les marionnettes !   revoir pour emmener Mardakan comme autrefois : avoir la permission et louer un car…

Le dimanche : retour à Paris.